Rechercher

LA CYBERADDICTION: Une réalité à l'origine de l'echec de plusieurs

Dernière mise à jour : mai 12

Encore appelée cyberdépendance, la cyberaddiction est le fait d'être dépendant à l'internet. De nos jours, la plupart des jeunes en contact avec l'internet et les divers écrans (télévision, ordinateur et portables à en deviennent indissociables ! Comment s'en défaire? Voici pour vous quelques conseils!




Comment constate-t-on une addiction ?


Quand l'activité devient très envahissante au point de prendre la place d'activités que l'enfant ou l'adolescent avait auparavant, de pouvoir l'empêcher de travailler, de dormir, de vivre normalement, alors on fait face à une addiction!


Quelle est la typologie des personnes concernées ?


Il y a quatre principaux modes d'addiction à Internet : d'abord celui des jeux vidéos, avec une population plutôt jeune et masculine. Ensuite celui des jeux d'argent et de hasard en ligne, avec un public un peu plus âgé, mais aussi plus hétérogène, de gens qui pratiquaient déjà ces jeux avant de s'y mettre sur Internet. Ensuite, des accros aux sites pornographiques, qui sont surtout des garçons. Enfin, les réseaux sociaux, qui touchent actuellement l'ensemble des jeunes sans distinction de sexe.


Si l'on prend le cas des réseaux sociaux, Internet n'est pas plutôt un biais qu'une finalité ?


Non parce que sans Internet, ces personnes ne seraient pas devenues aussi accros. Internet facilite les choses : c'est très accessible, c'est à la maison, ce qui participe activement à la mise en place d'une addiction.


Quelles sont les conséquences ?


L'isolement, l'exclusion, le repli sur soi. L'enfant ou l'adolescent a moins d'échanges et en fonction des pathologies, il peut s'enfoncer dans le mensonge. Il y a des conséquences sur les rythmes biologiques : il y a plus d'activité le soir et la nuit, il y a des décalages au niveau du sommeil, de l'alimentation. Tout ceci influe négativement sur leur vie scolaire et académique!


Quelle est la différence avec la télévision dans la mesure où certaines jeunes peuvent également passer beaucoup de temps devant ?


On ne rencontre pas de phénomène d'addiction à la télé. Devant une télévision, même s'il arrive que l'on regarde jusqu'à point d'heure, on est passif. Ce n'est pas la même chose sur Internet où l'enfant est dans une interaction, qui implique la participation active du cerveau et du corps.