Rechercher

Quels aliments pour réussir à l'école ?


Vous pouvez aider vos enfants à améliorer leurs performances scolaires en choisissant bien leurs aliments.

Dès le plus jeune âge, l'école demande aux enfants des efforts importants de concentration et de vitesse de traitement de l'information. Les enfants qui réussissent à rester concentrés, alertes et vifs sont ceux qui obtiennent les meilleurs résultats scolaires. L'hérédité, le milieu social ont une influence sur ces paramètres, mais l'influence la plus grande vient du mode de vie : alimentation, maison (ambiance, espace,...), qualité du sommeil. Dans cet article, Nous vous disons comment optimiser l’alimentation de vos enfants pour les aider dans leur vie scolaire.


En évitant l'excès de glucides au petit déjeuner

Un enfant ne devrait pas aller à l'école l'estomac vide. Mais le petit déjeuner classique est souvent trop riche en glucides d'index glycémique (IG) élevé comme le pain blanc, la confiture, les jus de fruits, les céréales comme les corn flakes, blé soufflé etc. Il n'est pas interdit de donner ces aliments à un enfant, mais certainement pas tous ensemble. Une charge glycémique élevée au petit déjeuner se traduit dans la matinée par un décrochage de l'attention, de la somnolence, de la faim.

Pour soutenir l'activité scolaire, le petit déjeuner devrait être constitué majoritairement d'aliments à IG bas à modéré comme le pain au levain (plusieurs céréales) ou le muesli, une crêpe au sarrasin, des flocons d'avoine, des fruits entiers. Et surtout sans oublier les protéines : un oeuf, une tranche de jambon, un yaourt au lait ou au soja...


En augmentant leurs apports en omega-3

Les oméga-3 sont des acides gras importants pour le cerveau. On les trouve dans les graines de lin, les noix, l'huile de colza sous forme d'acide alpha-linolénique, et dans les poissons gras sous forme d'EPA et DHA... L'organisme est capable surtout dans les premières décennies de la vie, de convertir l'acide alpha-linolénique en EPA et DHA.

Une nouvelle étude parue dans la revue Nutrients montre que les adolescents qui ont les niveaux sanguins en oméga-3 les plus élevés ont une meilleure vitesse de traitement de l’information que ceux qui ont des niveaux sanguins d’oméga-3 plus faibles.

Les chercheurs ont utilisé les données d'une étude concernant 266 adolescents néerlandais âgés de 13 à 15 ans. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang pour déterminer l’index oméga-3– une mesure du statut sanguin en oméga-3 d’une personne- et les performances cognitives des adolescents ont été évaluées avec différents tests. L’index oméga-3 représente le taux combiné d’EPA et de DHA et il est exprimé en pourcentage.

Les résultats montrent que l’index oméga-3 moyen est de 3,83%, bien en-dessous des valeurs recommandées de 8 à 11%. Pour les chercheurs, cela n’a rien d’étonnant car les étudiants ne consommaient pas ou peu de poissons et probablement peu d'acide alpha-linolénique.

Les données indiquent que l’index oméga-3 est associé significativement à la vitesse de traitement de l’information. En effet, les étudiants ayant les index oméga-3 les plus élevés avaient de meilleurs résultats au test (Letter Digit Substitution Test LDST). « De plus, les étudiants ayant les index oméga-3 les plus élevés faisaient moins d’erreurs d’omission sur le test d’attention que ceux qui avaient des index oméga-3 plus faibles » expliquent les auteurs.

La suite de l'étude permettra de déterminer l'effet de la supplémentation en oméga-3 sur la cognition. "Si l'effet est bénéfique, la supplémentation en oméga-3 serait un moyen facile et peu coûteux d'améliorer les performances scolaires des adolescents" concluent les auteurs.  

Pour améliorer le statut en oméga-3 des enfants, on utilise de l'huile de colza pour l'assaisonnement, on leur donne des noix (dans la salade, par exemple) ou des plats avec des noix, et le cas échéant on leur sert une à deux fois par semaine du poisson d'espèces non menacées comme le saumon ou des coquillages. Il est préférable de ne pas donner plus de deux fois de poisson par semaine car au-delà, les bénéfices sont annulés par le risque d'un excès de mercure. Pour plus de détails et de conseils, lire La Meilleure Façon de Manger.


En limitant le fast-food

Dans une étude parue dans la revue Clinical Pediatrics, les chercheurs montrent que les enfants qui mangent fréquemment au fast-food en fin d’école primaire, font moins de progrès scolaires – évalués trois ans après au collège par des tests de lecture, science et maths - que ceux qui ne mangent jamais au fast-food.

Les chercheurs ont utilisé les données de la Early Childhood Longitudinal Study-Kindergarten Cohort, une étude qui concerne 11 740 élèves qui étaient à l’école maternelle durant l’année scolaire 1998-1999. Ils ont réalisé des tests de lecture/alphabétisation, mathématiques et sciences dans un premier temps lorsqu’ils étaient en classe de CM2 (en 2004) puis au collège en classe de 4ème (en 2007). En classe de CM2, les élèves ont également répondu à un questionnaire alimentaire pour évaluer leur consommation de fast-food la semaine avant les tests.

« Les élèves qui ma